New !04/06/08
Nombreuses photos ajoutées dans la galerie
 

New !Cliquez sur les images pour en voir une
version agrandie
Fichier Google Earth
le fichier Google Earth du voyage
 
Galerie photo
Plus d'images avec la galerie photo du voyage

 

Préambule

Lama vs sheeps
Après un voyage des plus réussis en Irlande l'année 2007, notre petit groupe a décidé de partir de nouveau ensemble. Notre choix s'est porté sur le Pérou, pays qui permet à la fois de mêler randonnées et visites culturelles. Les préparatifs ont donc débuté dès le mois d'octobre 2007 : renseignements sur la région et ses lieux intéressants, choix d'une agence de voyage, billets d'avion...
Ce printemps 2008 est donc l'occasion de me rendre, une fois n'est pas coutume, au Pérou. Voici le récit résumé de ce voyage agrémenté de quelques photos.
 

Situation
Le Pérou est situé sur la côte ouest de l'Amérique du Sud. Il est entouré par l'Equateur, la Colombie, le Brésil, la Bolivie, le Chili et l'Océan Pacifique. Proche de l'équateur, la durée du jour et de la nuit varient peu au cours de l'année et sont sensiblement égaux. Le soleil se lève vers 05h45 et se couche autour 17h45.

Heure
-5h00 GMT

Géographie et climat
Le pays possède l'une des plus grandes diversités d'environnements naturels (84 sur les 120 environs répertoriés dans le monde). Le Pérou s'élève de 0m à 6768m (Nevado Huascaran). Il se découpe en 3 régions :
Montagne (sierra) : alternance de deux saisons, l'une pluvieuse d'octobre à avril avec des nuits fraîches, l'autre sêche.
Forêt (selva) : similaire au climat de montagne mais chaudes, deux saisons alternent. De mai à octobre il fait chaud jour et nuit avec un temps sec. De novembre à avril le temps est plus humide et les nuits sont plus fraîches.
Côte (costa) : climat plutôt désertique, avec la garua, un brouillard humide dans la région de Lima. Presque pas de pluie et chaleur toute l'année.

Population
Sur les moins de 30 millions d'habitants, près de 8 vivent à Lima qui ne cesse de croître. La population est majoritairement catholique. La pauvreté touche près d'un habitant sur deux.

Economie
Le Pérou produit de la coca et dispose de ressources minière importantes. Il exporte notamment citron, café, cacao, pomme de terre, canne à sucre et riz.
Le tourisme est une ressource économique importante du pays.

Monnaie
Le nuevo sol

Plus d'information sur le Pérou.

Le voyage


24/04
04h00, le réveil sonne le début d'un long périple. Départ de Marseille, transit à Madrid, survol de l'Atlantique, découverte de l'immense Amazonie et des méandres gigantesques de son fleuve, puis arrivée à l'aéroport Jorge Chavez, à Lima vers 17h30 (00h30 heure de Paris). Le paysage aperçu avant l'atterrissage nous paraît particulièrement désertique. 1h30 plus tard et un passage laborieux par la douane, nous découvrons enfin l'effervescence nocturne et de nouvelles règles de circulation routière pour le moins déconcertantes avant de rejoindre un hôtel confortable de Miraflores. La journée a été longue et se conclut par une surprise de dernière minute vers 20h00 (03h00 heure de Paris) : la piste de l'aéroport d'Arequipa est fermée une bonne partie de la journée. Il nous faut donc quitter l'hôtel dès 3h00 pour le premier vol de la journée.

25/04
Tarmac d'Arequipa
02h00, il est temps de se lever pour profiter de notre première journée sur le sol péruvien. Peu avant 06h00, nous atterrissons à Arequipa. Le temps est frais et nos yeux découvrent les sommets alentours. Certains sont des volcans. Nous rejoignons notre hôtel en espérant pouvoir faire une petite sieste avant le début d'une visite de la ville. Peine perdue, nos chambres sont occupées. Nous nous contentons du jardin avant de flâner dans les rues et les toits d'Arequipa. La cohabitation est un mot inconnu entre piétons et automobiles... Le klaxon est roi. Vers 12h00, rencontre de notre guide qui nous fait découvrir l'agriculture régionale, l'architecture coloniale espagnole et le couvent Santa Catalina, lieu haut en couleur malgré la vie stricte des soeurs. Le soir, après seulement 5 ou 6h de sommeil en 48h, nous dînons à l'hôtel. Certains tentent le festival de Cuy (se prononce comme "couille", il s'agit de cochon d'inde). 21h00, enfin un lit !
 

Toits d'Arequipa La tondeuse de l'hôtel Rue d'Arequipa Cultures irriguées

Sommets d'Arequipa Couvent de Santa Catalina Couvent de Santa Catalina Marché d'Arequipa

26/04
En route pour le canyon de Colca. Nous traversons la réserve de Salinas. Là nous découvrons la célèbre faune locale : lamas, alpaguas et vigognes, sans oublier canards et autres espèces aquatiques. Arrivés à Chivay, nous allons tremper dans une source thermale aménagée et remplie de touristes...
Coin perdu

Attention vigognes Réserve de Salinas Femelle vigogne et son rejeton Chivay

27/04
C'est parti pour le canyon de Colca. Après un bref arrêt à Yanque, nous stoppons au fameux Cruz del Condor. Le temps que les courants de convection se forment, les oiseaux de légende s'élancent dans leur vol plané quotidien. Puis nous rejoignons le départ de notre première randonnée, au milieu de nulle part. Là, nous empruntons un sentier poussiéreux qui finit par plonger dans le canyon de Colca sous un soleil de plomb. La descente est longue (1000m de dénivelé). Nous découvrons des pentes désertiques parsemées de cactus. Finalement nous atteignons notre campement. Notre guide et notre cuisinier nous réservent une surprise : un thé autour d'une table agrémenté de pop corn fait sur place ! Le soir, le repas sous la tente est digne d'un excellent restaurant. Fatigués par la chaleur, nous nous endormons tôt (19h30).
Yanke - Plaza de Armas Vallée de Colca Un condor Canyon de Colca

28/04
Poursuite de la randonnée. Pour éviter un soleil cuisant, nous partons à l'aube (lever 04h30). Nous remontons sur les flancs du canyon à travers les terrasses cultivées pour atteindre les ruines de Cara Tapay et le "nouveau" village. En passant, nous goûtons aux figues de barbarie, fruit défendu par des épines particulièrement efficaces (se plantent à peine effleurées). Passé le village nous arrivons dans une zone particulièrement aride. Nous déjeûnons au milieu d'une terre autrefois agricole. Un tremblement de terre a durablement détruit le système d'irrigation des terrasses alentours. Aucun doute pour nos esprits d'occidentaux gâtés: l'eau est un bien précieux qu'il faut protéger. Plus tard dans l'après-midi nous atteignons l'oasis. Niché au fond du canyon de Colca, un camping sous les palmiers et dotés de piscines attend les randonneurs. Une baignade dans une eau fraîche avant un bon thé, puis le dîner (la nuit tombe vite près de l'équateur). L'un d'entre-nous passe une nuit agrémentée de vomissements inexpliqués...
Canyon de Colca Figues de barbarie Pique-nique Oasis

29/05
La remontée. Soucieux d'éviter la chaleur, nous partons tôt. 3h30 plus tard et 1000m plus haut, nous arrivons à Cabanaconde. Là, notre minibus nous attend. De retour à Chivay, nous passons une soirée mémorable dans un restaurant local. Certains d'entre nous sont réquisitionnés pour la danse de Chuccho. La scène nous fait regretter de ne pas avoir pris d'appareil photo...
Colca Aigle de foire Voûtes d'une église Monument du condor

30/04
Retour à Arequipa pour prendre un bus direction Puno. Le trajet traverse l'altiplano. La ville borde le célèbre lac Titicaca. A plus de 3000m, l'air est frais, surtout la nuit. Un petit tour sur les hauteurs de la ville permet de mieux appréhender le lieu et ses distances.
Avenue de Puno Monument du condor Monument du condor Eglise de Puno

Puno et sa baie

01/05
La croisière s'amuse. Tôt le matin (06h00), décidément c'est une habitude, nous partons les premiers sur les îles Uros. Ces îlots flottants sont construits de roseau. Leur origine remonte au premier "touriste" venu rencontrés les habitants du Titicaca. Un évangéliste dominicain demanda au peuple local de lui construire une plate-forme flottante pour y construire son école. Cela se passait au début du XXème siècle. Autrement dit, les îles Uros ne reflètent qu'une adaptation éloignée du mode de vie des habitants du lac. Ils vivaient sur des embarcations de roseau jumelées. Désormais ces îlots constituent leur gagne-pain, la matière première de ces villages n'est pas le roseau mais le touriste... La preuve, après nous avoir délestés de quelques soles, la chorale du village entonne "alouette je te plumerai..." Après cette visite pittoresque, nous partons pour 2h00 de navigation en direction de Taquile. Les habitants y vivent sous un régime de communauté. Nous déjeûnons puis après avoir parcouru à pied l'île, nous regagnons Puno, juste à temps pour visiter un événement populaire: le marché des rêves.
Les îles Uros Cormoran Taquile Retour sur le Titicaca

02/05
Cusco par la route. Nous embarquons dans un bus de ligne touristique, formule à notre étonnement plutôt sympathique. Bien que le trajet soit long, les visites accompagnées d'un guide rendent ce voyage agréable. Nous passons un col à 4900m. Les sommets environnants montrent combien ici les montagnes sont démesurées. Puis arrêt à Juliaca où nous visitons un petit musée sur les cultes quechua. Second arrêt à Andahuaylillas où se trouve la "chapelle Sixtine" du Pérou, église construite au XVIème siècle : un bon exemple de ce qu'est le style baroque... Plus tard nous stoppons à Rasqui pour voir les premières ruines quechua de notre voyage. Il s'agit d'un lieu urbain doublé d'un centre cérémoniel. Nous faisons ensuite un arrêt à Pucara dans un musée sur la culture.
L'altiplano Col à 4900m Rasqui Andahuaylillas

Cusco by night
Les constructions dans la région de Cusco sont faites de briques. Il s'agit d'un mélange d'une terre rouge, de paille et de jus de cactus sêché au soleil. Les tuiles remplacent les toits de tôle de la région de Puno et de l'altiplano ou les terrasses d'Arequipa et de Lima. En fait à Cusco, il semble y avoir plus de maison achevées qu'ailleurs (pour éviter de payer une taxe, les habitants préfèrent laisser inachévée leur maison). Les toits de la régions de Cusco se parent de croix accompagnée d'une paire de taureaux de Pucara. Plus ces derniers sont gros, plus le propriétaire de l'habitation est riche. Le soir, nous découvrons le centre colonial de Cusco.
 

03/05
Découverte de la vallée sacrée et de Cusco. Tôt le matin nous partons visiter les sites quechua autour de la ville : Tambomachay, Pukapucara, Q'enqo et Saqsaywaman. L'après-midi se poursuit avec la visite du Qoricancha (temple du Soleil) remanié par les espagnols en monastère et de la cathédrale de Cusco. Cette dernière est remarquable par les peintures et les pièces d'orfèvres qu'elle renferme (malheureusement photos interdites).
Saqsaywaman Procession Plaza de Armas Qoricancha

Cusco

04/05
La vallée sacrée. Tôt le matin nous allons à Pisac. Une vallée semble partir à la conquète du ciel. Après une ballade travers les vestiges iquechuas, nous reprenons la route pour Ollantaytambo. Ollantay est un officier quechua qui lutta contre l'armée espagnole et ses alliés pour protéger la fuite de la famille impériale dont sa bien aimée, fille du seigneur. C'est du moins ce que dit la légende... Reprenant la route nous nous arrêtons aux salines de Maras. Le temps d'une petite marche nous parcourons les bassins d'évaporation en terrasse. Ils permettent d'extraire le sel d'une source d'eau.
Vallée enchanteresse Ruines de Pisac Ruines de Pisac Ollantaytambo

Saline de Maras


05/05
Départ matinal pour Mollepata. Nous débutons la deuxième randonnée du séjour. Après une nuit d'insomniaque passée sur le trône, les premiers kilomètres sous un soleil dardant deviennent rapidement une épreuve difficile. Victime de déshydratation, je suis forcé à l'abandon :( Mes compagnons poursuivent la marche tandis que je regagne Cusco. Le trajet en bus local est "pittoresque" et interminable dans mon état. Je passe le reste de l'après-midi à dormir.

06/05
Journée de repos, je flâne sur la Plaza de Armas et me promène dans les quartiers du centre de Cusco.
Paqcha de Pumaqcaupan Cathédrale de Cusco Maison de Cusco Rue de Cusco

07/05
Remis sur pied, je pars à la découverte des quartiers populaires de Cusco.

08/05
06h00 départ pour Aguas Calientes. Le train est cosmopolite, espagnols, brésilien, japonaises, l'occasion de faire connaissance. La ville est comme une souricière. Des montagnes aux parois abruptes ne laissent passer que deux voies ferrées. Finalement je découvre le sentier de Montana Putukusi. Un dénivelé de 400m, des marches de pierre et quelques échelles offrent un panorama remarquable : Machu Picchu, Urubamba, les sommets environnants et Aguas Calientes, tache de couleur coincée entre les montagnes. Je profite de cette ballade pour admirer quelques fleurs. Le soir, je retrouve le groupe à l'hôtel, leur randonnée achevée.
Machu Picchu depuis le Putukusi Montagnes Aguas Calientes Fleur

Pendant ce temps là...
05/05
Salkantay
Mes compagnons poursuivent la randonnée direction le Salkantay. Aux dire des uns et des autres, l'aventure se serait sérieusement compliqué dans mon état. L'étape du jour est longue sous un soleil de plomb.
 


06/05
Col du Salkantay
Après une nuit particulièrement fraîche, le groupe atteint le col du Salkantay, un objectif à 4600m d'altitude. Après avoir traversé un paysage digne de pâturages alpins, le sentier plonge dans une végétation luxuriante, lieu privilégié des orchidées.
 

Orchidée Jungle
07/05
Thermes de Santa Theresa
Après les efforts consentis les deux jours précédents, une étape rapidement menée amène le groupe à Santa Theresa, les meilleures thermes de la région.
 

08/05
Mes compagnons entament la dernière portion de la randonnée en direction d'une centrale électrique. Les conduites forcées débouchent sur une spectaculaire chute d'eau. Le circuit s'achève en train pour rejoindre Aguas Calientes.
Centrale hydroélectrique Gare ferroviaire

 

09/05
Le Machu Picchu fut probablement découvert à la fin des années 1860 par Augusto R. Berns, un prospecteur minier allemand qui avait une scierie proche de l'emplacement d'Aguas Calientes. A cette époque, les ruines incas étaient assimilées à des mines que le propriétaire pouvait fouiller librement. Hiram Bingham ne serait donc pas, en 1911, le premier découvreur du Machu Picchu.
Debouts à 04h15, nous sommes prêts pour le Machu Picchu. En un peu moins de 2h, nous visitons le célèbre site quechua, avec plus de questions que de réponses quant à la destination de ces ruines. Puis nous gravissons le Huayna Picchu (2800m). Le sentier est fait de marches de pierre. Au sommet, la vue y est unique. Au passage, nous constatons que le concept de sécurité du public est quasi inexistant au Pérou. Après une pause, nous partons rejoindre l'un d'entre-nous qui s'est aventuré seul sur le sentier de la "great cave". Nous le retrouvons exténué (sans papier et ne nous voyant pas le suivre, il est remonté en courant pour nous rejoindre). Nous poursuivons le sentier jusqu'au temple de la Lune. La suite de la ballade s'effectue sous la chaleur et la fatigue pèse dans les mollets... Nous terminons la visite du Machu Picchu pour finir dans un restaurant d'Aguas Calientes en attendant le train de 18h00 pour Cusco.
Machu Picchu Le Gaudi quechua ! Machu Picchu depuis le Huayna Picchu Machu Picchu

10/05
Plaza de Armas Eglise St François
09h00 en route pour Lima par avion. Délestés de nos sacs à l'hôtel, nous prenons deux taxis pour visiter le centre de Cusco. Un chauffeur confond la Plaza San Martin avec la Plaza de Armas. Après quelques minutes, nous sommes de nouveau ensembles. Nous visitons un monastère franciscain, le plus grand dans cette région du monde, doté de catacombes. Ensuite de retour sur la Plaza de Armas, nous avons la chance de voir la fanfare présidentielle et le défilé des troupes de la marine péruvienne. Le soir, nous dînons dans un restaurant du quartier de Miraflores, près de l'océan Pacifique. Les plats sont savoureux...
 

11/05
Fin du voyage. Le temps est particulièrement brumeux : il s'agit d'un phénomène météo connu appelé garua. Nous partons marcher le long de la côte. Nous découvrons une exposition célèbre venue temporairement de France : la Terre vue du ciel (Yann Arthus Bertrand). Puis nous nous rendons à la terrasse d'un café réputé des péruviens. Là, nous prenons notre temps. C'est dimanche et la fête des mères au Pérou. Nous déjeûnons puis lentement regagnons notre hôtel. Il est l'heure de rentrer en France.
Etranges sapins La garua (brouillard de Lima) Un air de Gaudi Ponton sur Pacifique


Galerie photo
Plus d'images avec la galerie photo du voyage.

Ce récit ne vous a pas laissé indifférent, vous désirez en savoir plus ou vous avez des remarques,
email envoyez-moi vos questions, suggestions ou réactions.


CategoryPerou
Some rights reserved
Except where otherwise noted, content on this site is licensed
under a Creative Commons Attribution - Noncommercial - No Derivative Works 3.0 License.