New !Cliquez sur les images pour en voir une version agrandie dans une fenêtre "pop up"
Carte interactive
La carte interactive du voyage
 
Galerie photo
La galerie photo du voyage

 






Préambule
17ème escapade en terres d'Irlande, cette édition aurait pu s'intituler "la revanche". Deux ans plus tôt, une météo capricieuse de fin d'été avec des nuages trop bas m'avait interdit deux très bonnes randonnées : Mweelrea et Cummeengeera Horseshoe walks. Cette année j'ai décidé de tenter à nouveau ma chance en prenant le temps nécessaire. L'observation de la tendance météo, alibi pifométrique, m'invite à privilégier la moitié sud une fois de plus. Au programme :
  • Croagh Patrick (762m d'échauffement)
  • Mweelrea (814m) troisième tentative !
  • les Twelve Bens (un brin intimidant)
  • Nephin, pourquoi pas
  • quelques geocaches
  • Brandon Mountain (952m) dans le Dingle
  • Mullaghanattin (773m) la meilleure horsehoe walk de l'île
  • Cummeengeera Horseshoe walk, impressionnante
  • Sheep's Head
  • Kinsale
  • et de la Guinness !
Un menu alléchant et copieux pour une douzaine de jours.

La logistique :
  • transport : aller-retour en avion (146€) et une voiture type A (182€ pour 12 jours), des prix difficiles à battre
  • hébergement en Bed and Breakfast (prix moyen 35€/nuit en single room)
  • péage M50 3€ (pas de barrière, juste des caméras)

La crise économique
Si en France la crise se fait sentir, en Irlande, elle a sévi brutalement dès 2008 et les effets sont bien visibles : maisons inachevées à vendre, baisse des prix dans les B&B, offres d'emploi... en Australie. Les mesures européennes pour sortir de la crise sont au centre des débats politiques avec l'organisation d'un référendum.

Ressources
Raft Spider, une araignée amphibie.
Photographies de chaque km carré d'Irlande (disponible aussi pour le Royaume Uni).


Full Moon
05/05 : Dublin - Castlebar
Achevé en 2010, le terminal 2 offre au passager une arrivée agréable à Dublin, à mon avis loin devant Paris Charles-de-Gaulle où tout est tellement étriqué... Après une bonne heure d'attente pour récupérer mon véhicule - samedi est un mauvais jour chez les loueurs - je prends la route pour Castlebar.
La région du Connaught est sans doute historiquement la plus attachée à la France. En effet, en 1798, le général Humbert et ses troupes combattent les soldats anglais à un contre trois. L'ennemi en déroute s'enfuit si vite que l'événement est connu sous le nom de "Castlebar Race". Malheureusement, les britanniques reviendront pour museler la révolution irlandaise. Aujourd'hui la ville est décorée de rubans roses pour la lutte contre le cancer du sein. L'événement est des plus sportifs avec course à pied, à vélo, golf...
En soirée, je retrouve l'ambiance festive du samedi soir, Cox's sera une fois de plus ma cantine.
PS : ce 5 mai est la nuit de la plus grosse pleine Lune de l'année 2012.
 


06/05 : Mweelrea 2 - 1
La journée s'annonce ensoleillée, aussi, c'est décidé, je vais prendre ma revanche sur le Mweelrea. Arrivé à Doo Lough, des voitures sont déjà stationnées. J'aborde un irlandais prêt à randonner mais hésitant car il ne connaît pas cette montagne. Je suis heureux de discuter avec Peter qui a du mal à croire que je peux le guider dans cette chaîne de montagne. Tout en marchant, je lui explique ce qu'est le geocaching, lui indiquant qu'une cache se trouve dans les parages. Ce jeu ludique se fait avec un GPS et une description précise de la cachette plus ou moins difficile d'accès et à trouver. Et bien, je suis en veine car Peter me trouve instantanément la cache sans même un indice ou un GPS !
De retour au B&B, je me vois offrir un dîner "100% organic food" : au menu salade croquante, pavé de saumon sauvage accompagnés de ses légumes et e bonnes tranches d'un pain maison avec en dessert le fameux cake à la Guinness. Ceci couronne une journée qui efface définitivement les affronts de 2008 (abandon par blessure au pied) et 2010 (météo infernale) !

Mweelrea 2008Mweelrea 2010Mweelrea 2012
septembre 2008                                    septembre 2010                                               mai 2012


07/05 : Croagh Patrick
Après la randonnée d'exception de la veille, la météo fraîche de ce printemps 2012 m'invite à partir en terrain connu et aisément accessible. Je pars pour le Croagh Patrick avec ce qui me semble être une illusion d'optique sur le sommet de cette montagne. Au fil de la montée, l'illusion devient réalité, je marche pour la première fois dans la neige irlandaise !!! Arrivé au plus haut, un air polaire souffle avec force et tandis que je casse la croûte parmi les nuages, une éclaircie laisse entrevoir un improbable arc-en-ciel.
La ballade terminée, je pars en quête d'une géocache, sensée être des plus simples. Je ne la trouve pas : frustrant. Je décide alors de partir pour jeter un oeil sur le Nephin (806m) et en chemin j'emprunte une "scenic drive" qui m'amène à proximité d'une géocache. Décidé à y déposer un "travel bug", je pars entre deux averses d'une pluie hivernale. Je trouve rapidement l'emplacement de la boîte, mission accomplie. Je décide d'arrêter les frais avec le "geocaching" pour le restant de mes vacances.

Snow and rainbowSheeffry Hills


08/05 : Castlebar - Killarney
Parti initialement pour le Burren, je finis finalement directement à Killarney dans les pas de mon voyage de 2010. Les météorologues se sont trompés en annonçant une journée pluvieuse qui est finalement bien ensoleillée avec toujours des températures anormalement basses (9 à 14°C). S'il fait aussi beau demain, j'irai bien faire un tour sur le Teeromoyle.

GentianAvens


Gorse
09/05 : Mangerton
La journée s'annonce bien humide avec des nuages bas. Ma randonnée sur Teeromoyle Mountain est remise à plus tard (2013 ?). J'opte pour une ballade sur le mont Mangerton dans un vent polaire agrémentée de pluie horizontale. Plus tard, je me rends à Ballaghbeama Gap dans l'espoir de trouver des "rock art", gravures celtiques dans les rochers. Après une heure de recherche, je finis par abandonner, même les Kerry slugs sont introuvables.
 


Blackstone Bridge
10/05 : Blackstone Bridge
Aujourd'hui, est une journée tranquille. Je prends les petites routes au hasard des carrefours pour faire halte à Blackstone Bridge. Là, je pars à pieds le long de la rivière aménagée pour la pêche. Je fais connaissance avec un couple de jeunes médecins allemands et, tout en parlant, la petite promenade devient une marche de 3h. Le soir, je dîne au pub Laurels, leur fish'n chips est un régal.
 


11/05 : Mullaghanattin
La journée s'annonce ensoleillée, aussi j'en profite pour refaire une marche mémorable : Mullaghanattin horseshoe walk. C'est jusqu'ici la meilleure du genre que j'ai faite. Je pars donc avec entrain. Mais c'est sans compter un vent à écorner les boeufs qui m'oblige à couper court pour éviter un passage sur crête étroite. Au retour, je découvre une espèce d'araignée que je n'avais jamais observée. Le spécimen est de taille respectable avec son corps de 2,5 cm. Mais le plus remarquable, c'est qu'elle se réfugie sous l'eau et y reste près d'une minute avant de refaire surface. Son nom : Raft Spider, une espèce des marais et tourbières qui est en danger en Europe avec l’asséchement des zones humides.
Je complète la journée avec un Ring of Kerry raccourci (les routes au centre de la péninsule sont aussi intéressantes que le trajet côtier).

Stumpa Duloigh and KnocklomenaButterwortRaft SpiderFrom Coomatloukane


12/05 : Lauragh Cummeengeera horseshoe walk
Pendant le petit déjeuner, la lecture du descriptif de Lauragh Cummeengeera horseshoe walk me donne des idées. Aussi, je pars pour Kenmare en quête d'un B&B avant de tenter LA rando du voyage. Les conditions sont idéales pour oublier la déconvenue de la veille. C'est donc sous un ciel d'azur que je débute un parcours sportif 12km donné pour 5h30 à 6h hors pause. Ca grimpe sec dès le départ puis cela se transforme en parcours d'obstacles. Le terrain est une succession de plaques de grès séparées de fosses remplies de tourbe et d'eau. L'effort en vaut la peine : la vue sur la péninsule d'Iveragh révèle toute la chaîne des MacGillycuddy's Reeks et une vue plongeante sur Rabach's Glen, the Pocket. Sur ce terrain difficile, l'impression de ne pas avancer me fait hâter le pas. Le dernier kilomètre est interminable : une descente assez raide avec des trous d'eau partout cachés entre de grosse touffes herbeuses.

Muckross LakeDrosera
Rabach's GlenIveragh Peninsula


13/05 : Kinsale
Après la journée mémorable de la veille, je décide de quitter les montagnes du sud ouest. Je prends la route sans avoir véritablement décidé de ma destination.Sheep's Head me tente bien mais autant profiter de la péninsule de Beara avec son charmant passage de col à Healy Pass. Je vais jusqu'à Dursey Island, île reliée par une télécabine puis je poursuis ma route par Glengariff, Bantry, Skibbereen, Clonakilty et, finalement, Kinsale. La ville est noire de monde. Les habitants de Cork y viennent le week end pour pratiquer les sports nautiques. Trouver un B&B est assez simple, une place de parking par contre...
Le soir, je dîne dans un restaurant "The Stolen Pizza" qui vient d'emménager dans de nouveaux locaux : bonne cuisine et cadre sympathique avec feu de bois.

Healy PassYellow windowShops


Glendalough
14 & 15/05 : Wicklow
En me levant ce matin, je me rends compte qu'il ne me reste plus que trois jours avant de rentrer en France, argh ! Je prends mon petit déjeuner en compagnie d'américain. Le B&B où je me trouve a la particularité d'offrir une excellente table le matin : outre le traditionnel "full irish", il y a des fruits, des fromages de la région de Cork, de la charcuterie, de quoi passer une heure à table... The olde Bakery sait recevoir.
Je prends la route en contournant Cork pour me rendre à Waterford. Bizarrement la ville ne m'inspire pas alors je poursuis pour les Wicklow Moutains, l'étape ultime avant Dublin. Le temps est très frais, la météo annonce la nuit prochaine à 0°C, rien ne va plus. A Glendalough, une averse de pluie et un vent fort font fuir les visiteurs. Je fais une brève excursion, histoire de prendre un peu l'humidité car il est trop tard pour faire une randonnée d'envergure.
Le lendemain, je pars pour un circuit agréable qui m'emmène sur les falaises dominant l'Upper Lake et je poursuis sur Camaderry en compagnie d'un groupe de joyeux retraités irlandais. Le mardi, c'est le jour réservé aux femmes dans leur club de golf, ces messieurs en profitent pour randonner. Après leur déjeuner, j'assiste à une coutume rare : une prière en gaélique pour les personnes récemment décédées. S'ensuit la lecture des noms de défunts et l'un d'eux m'explique joyeusement qu'il n'est pas très bon de figurer sur la liste !
 


16/05 : Dublin
Dernier jour avant le retour, je pars pour Dublin sachant d'avance où je vais trouver mon B&B. J'y pose mes affaires puis je prends le bus, meilleurs moyens avec le taxi en fin de soirée pour se déplacer dans la capitale. J'arpente O Connel Street, Parson Street, me pose dans St Stephen's Green et le Merrion Square Park, puis je vais au Musée national d'histoire naturelle, lieu que j'adore. Malheureusement, moins de vingt minutes après mon entrée, nous sommes évacués par une alerte incendie. J'en profite pour prendre en photo une série de portes géorgiennes. Je pars ensuite pour Temple Bar et je contacte Peter, l'irlandais rencontré pour l'ascension du Mweelrea. Sa fille malade, il ne peut pas se joindre à moi pour boire une Guinness. Je m'offre donc un dîner solo, au menu moules frites dans un pub animé.

DublinOscar WildeNatural History Museum


Georgian doorGeorgian doorGeorgian doorGeorgian door

Georgian doorGeorgian doorGeorgian doorGeorgian door


17/05 : Dublin airport

Avec un avion à 06h30, cela oblige se lever tôt et les loueurs sont tous fermés. Alors si vous avez un doute où déposer votre véhicule de location, ça se passe au terminal 2 et pour le plein d'essence, il y a une station service 24/24 un peu après le parking de retour quand tout est ouvert. Bref, en arrivant à 04h45 à l'aéroport, je n'ai attendu que 25 minutes avant d'embarquer. L'aéroport de Dublin est étonnamment animé même très tôt le matin. C'est un monde à part où les magasins ne semblent jamais fermer. Sa fréquentation a diminué entre 2008 et 2010 alors que les travaux d'agrandissement s'achevaient. Il y a tout de même 18 millions de voyageurs par ans pour un pays qui compte à peine 5 millions d'habitants, cela fait beaucoup.



Epilogue
A peine de retour, je constate que la météo n'est guère meilleure qu'en Irlande. Je retrouve mes amis qui sont étonnés de me voir revenir une fois de plus de l'île d'émeraude et prêt plus que jamais à y retourner. En attendant un autre voyage se prépare. Après les highlands d'Ecosse, la glace et le feu d'Islande et le grand ouest américain, retour en Amérique du sud...

PS : peut-être l'avez-vous remarqué, ce voyage a de nombreux points communs avec celui de 2010. A défaut de maison de campagne, j'ai un pays fait de tourbe et de montagnes.



Ce récit ne vous a pas laissé indifférent, vous désirez en savoir plus ou vous avez des remarques,
email envoyez-moi vos questions, suggestions ou réactions.




CategoryIrlande





CategoryIrlande
Some rights reserved
Except where otherwise noted, content on this site is licensed
under a Creative Commons Attribution - Noncommercial - No Derivative Works 3.0 License.