Cette année encore j'ai décidé de partir en Irlande et je n'ai convaincu personne de m'accompagner. Sans doute les gens qui m'entourent ont-ils peur que je les perde en les entraînant dans les coins reculés de ce vert pays. Plus vraissemblablement, veulent-ils découvrir par eux-même cette île... Bref, je partai en mauvaise compagnie, cette année encore.


04/05: 10h30, c'est le départ, il fait beau mais frais. J'arrive à Paris à 14h20 après un voyage confortablement installé dans un TGV duplex. Un cousin m'héberge la nuit, c'est l'occasion de parler jeux vidéo et de tester Day of defeat 1.0 qui vient tout juste d'être mis en download...

05/05: 05h00, ma saleté de réveil sonne pour me rappeler qu'un voyage m'attend. Direction Porte Maillot où je prends un bus (10 € le billet) pour me rendre à Beauvais.
08h30, je prends un café avec un étudiant qui part 4 mois en stage près de Dublin, le veinard !
09h20 : l'avion décolle à l'heure et la magie du décalage horaire me fait atterrir 30 minutes après à Dublin. Le temps est maussade mais le ciel se dégage doucement. La température n'est que de 6°C, ce qui laisse augurer une météo perturbée pour la saison.
La plus belle croix irlandaise10h30 : après avoir récupéré mes bagages et en possession d'une jolie Nissan Micra neuve, je me lance dans le rond-point de l'aéroport et chose étrange, je n'hésite pas un instant : je conduis naturellement à gauche (le retour en France en 2002 m'avait coûté un enjoliveur, car il paraît qu'on roule à droite, et j'avais un peu oublié ce détail!). Désormais je suis libre de mes mouvements et j'en profite pour partir en direction du nord-est, près du Carlingford Mount.Farm house près de DundalkJe décide en route de passer à Monasterboice, site où trône fièrement dans un petit cimetierre sans doute la plus belle croix d'Irlande sculptée sous toutes les coutures. Je poursuis ma ballade dans la vallée de la Boyne pour rejoindre Dundalk. Connaissant la beauté des paysages, je me mets en quête d'une farm house un peu isolée dans les montagnes, histoire d'avoir un panorama digne de mon petit déjeûner du lendemain.
 
06/05 : la météo du jour ressemble à celle de la veille : des giboulées comme en mars en France mais se succédant plus rapidement. Je profite néanmoins du soleil et en quittant la région de Carlingford, je gravis une petite montagne formant un Windy gap. Comme son nom l'indique, le vent est fort et frais.
Scenic drive dans les Blue Stack Mountains

Scenic drive dans les Blue Stack MountainsLetterkennyAprès cette escapade, direction Donegal, car une force me pousse à aller au nord-ouest, région sauvage ou règne encore le gaélique. Un passage par l'Irlande du Nord me montre que l'Angleterre est encore bien présente : les postes de police disposent de miradors, les "red cabs" existent encore ici alors qu'elles ont disparu du Royaume-Uni m'a-t-on dit!
Arrivé à Donegal, je parcours la Blue Stack Mountains drive. Les paysages sont très jolis et mon dos apprécie le chaos de la chaussée qui se réduit petit à petit à un simple chemin...
 
07/05: direction Letterkenny pour la 4ème fois. Cette petite ville possède la plus longue rue du centre ville d'Irlande. C'est aussi un lieu de sortie pour les irlandais du nord le week-end. Pour moi, c'est un lieu avec un disquaire et un choix important de musique électronique, un fast food avec son web café bien pratique et un cinéma avec des banquettes doubles pour les amoureux !
Je passe l'après-midi dans les Derryveagh Mounts et rate une fois de plus l'occasion de visiter le parc naturel de Glenveagh. Pas grave, il se met à pleuvoir. La nuit sera particulièrement agitée par une tempête inhabituelle avec des vents de plus de 100km/h qui laisseront de nombreuses branches sur les routes...

08/05: : départ pour Sligo, terre du célèbre poète W.B Yeats. Les restes de la tempêtes de la nuit précédente sont visibles sur le littoral : l'océan est parcouru de vagues et l'écume vole en flocons dans les terres.
Bundoran Bundoran apres la tempêteJe m'arrête à Bundoran pour apprécier les embruns au soleil. Sur la route, j'effectue une brève pause à Drumcliff où est enterré Yeats. Il y a aussi une de ces croix irlandaises, recouverte de scènes bibliques. Je me dirige ensuite à Glencar où la pisserotte du coin se laisse admirer : une petite chute d'eau avec un circuit pédestre de 5 minutes ! Il y a quelques années, il était possible de s'aventurer un peu plus loin dans les prés, le long de la rivière. L'agriculteur propriétaire des champs s'est sans doute lassé des hordes de touristes et il a préféré boucher les trous dans ses clôtures.
J'entreprends la visite de Sligo, ville carrefour, très commerçante et animée. Le soir venu, je choisi un public bar sympa. Il est un peu tôt. Un irlandais qui a dépassé depuis longtemps son quota de bière, me fait la conversation : je comprends difficilement ce qu'il me dit et je me mets à douter de mon anglais. Je découvre alors que le barman a lui aussi du mal à comprendre mon nouveau copain le pilier de bar !

Notice: Undefined variable: width in /web3/emeraldisland/www/wikka/plugins/actions/panoramapop/panoramapop.php on line 56

Notice: Undefined variable: height in /web3/emeraldisland/www/wikka/plugins/actions/panoramapop/panoramapop.php on line 58
Leenaun Hill

Près de Sligo, la formation rocheuse du Benbulben est particulièrement visible.
Le Benbulben

Westport09 & 10/05: je vais à Castlebar pour la 5ème fois et je me réjouis de retrouver Bernie, une irlandaise chaleureuse qui sait ce que "welcome" signifie. J'en profite pour gravir le Croagh Patrick (763m), montagne au sommet de laquelle fut construite une petite chapelle et d'où les baies de Westport et Newport se laissent admirer. Les habitants du coin prétendent qu'il y a autant d'îles que de semaines dans l'année. Mes photos ne permettent pas de le vérifier mais ce sont les meilleures que j'ai réussies à prendre.
Baies de Wesport & Newport vues du Croagh Patrick

Cette année, malgré des températures fraîches, le soleil est au rendez-vous et la brume assez faible. Comme d'habitude, je fais connaissance avec quelques grimpeurs : des irlandais en week-end cette fois-ci. Au sommet la température est proche de 0°C et une averse de glace passe rapidement. A l'opposé de l'océan, la chaîne de Murrisk s'offre à mes yeux.
Le Murrisk vues du Croagh Patrick

Le lendemain, après un excellent breakfast, j'emprunte la Nephin drive, chaotique à souhait, puis je me rends sur Achill Island. Je croise beaucoup de touristes qui parcourent comme moi en voiture cette petite île reliée à sa grande soeur par un pont mobile. Des cantonniers le manoeuvrent à la force des bras pour laisser passer un petit bâteau. L'opération prend 30 minutes et un embouteillage se forme, c'est dimanche...
Achill island

Barques de pêche Quelque part entre Sligo et Castlebar Le Croagh Patrick, la tête dans les nuages

11/05: je quitte avec regret Castlebar, pour Galway. Naturellement, je parcours le Connemara. Le temps est changeant mais les Twelve Pins se laissent admirer malgré les nuages bas.
Les Twelve Pins

C'est un comble pour moi, je me trompe de route à Screeb Cross et après avoir atteint Derryrush je fais demi-tour pour Galway. Inutile de vous dire que cette ville est particulièrement touristique. Il n'y a pourtant rien d'exceptionnel, mis à part un centre ville développé avec de nombreux restaurants et pubs.

Le Burren12/05: les formations calcaires du Burren m'ont conquis l'année dernière. J'y retourne donc pour marcher avec plaisir. Cette fois, je découvre de nombreux cadavres de chèvres en décomposition. Je ne sais pas ce qui les a terrassées mais c'est une hécatombe qui se sent de loin.
Après une journée passée à crapahuter, je vais à Limerick. Cette ville ne m'emballe pas avec son centre ville faits de larges rues. Les commerces sont tous fermés après 18h00, comme c'est le cas presque partout en Irlande (15h00 le samedi). Par ailleurs je tombe sur un B&B sympa mais avec une propreté qui laisse à désirer...
 
Flore du BurrenFlore des PyrénéesPS : Quand on découvre les paysages du Burren, on se dit que le premier homme à marcher sur la Lune est irlandais et qu'il n'a pas eu besoin d'attendre le XXème siècle pour s'y rendre ! Concours de circonstance, l'histoire familiale de Neil Armstrong (1930 - 2012) passerait par l'Ulster.
Une curiosité du Burren, ce plateau calcaire est un endroit où poussent des plantes d'altitude de nos montagnes, sauf qu'ici on se trouve à quelques dizaines de mètres au dessus de l'océan ! La preuve par l'image :
A gauche, dans le Burren, et à droite... dans les Pyrénées !
 
Glen of Aherlow13/05: avant dernier jour, je pars pour Kilkenny où je connais un B&B idéalement situé.
Sur le chemin, je fais étape dans le Glen Aherlow et je suis deux sentiers pédestres qui offrent une vue sur les Galty Mountains et Tipperary dans la vallée. Je passe ensuite la fin de l'après-midi à Kilkenny, ville très jolie avec les restes d'une architecture moyen-âgeuse bien conservée.
 
14/05: ça y est, mon séjour se termine. Je gagne tranquillement Dublin pour visiter une fois encore son très joli museum d'histoire naturelle. C'est l'une des plus grande gallerie au monde dans ce style ancien qui fait penser aux films d'Indiana Jones. Après cette visite, je traverse le parc de Trinity College et file tout droit faire mes amplettes sur Grafton Street. J'y connais un disquaire très sympa qui possède un rayon de musique électronique bien rempli. Quatre CD achetés plus tard je me dirige à Temple Bar pour me restaurer. Je choisis un petit restaurant qui sert d'allèchantes salades. L'heure de gagner l'aéroport sonne. Je reprends un dernière fois le volant de ma Micra, prévoyant quelques difficultés de circulations. Il est 17h00, les dublinois sortent du travail et la ville est sans-dessus dessous depuis plus d'un an avec la percée des voies pour le futur métro. Par un heureux miracle aidé d'une chance insolente, j'arrive à destination rapidement. Il ne me reste plus qu'à attendre l'avion de retour annoncé avec 30 minutes de retard...

15/05: 00h30 je sors du bus qui m'a ramené de Beauvais à Paris, porte Maillot. Je me dépêche pour prendre l'un des derniers métros. Effort inutile, j'apprends qu'une grève est déclarée. Après 30 minutes de recherche, je suis enfin dans un taxi, direction mon pied-à-terre pour une courte nuit. Le matin, la grève m'attends toujours mais j'ai la chance de tomber sur un métro qui m'emmène compressé à la gare. Arrivée à Lyon 12h55, fin du voyage. Le temps est aussi frais qu'en Irlande, le soleil joue avec les nuages et mes amis me demandent comment c'est l'Irlande en 2003...

Vous l'aurez compris, lecteur courageux, je ne suis pas un auto-stoppeur fauché. Il faut compter 30 € en moyenne par nuit pour une "single room en suite", environ 10 € de repas par jour (sandwiches maison, fast food, pubs et 3 restaurants) et 130 € de carburant pour 1650 miles (2650 km) en 10 jours. Coût total 1040 € pour mon périple solitaire. A deux, ce voyage s'élèverait à 870 € "seulement" pour 10 jours.

Préparatifs: tout a commencé en octobre 2002, à peine la rentrée passée, j'avais déjà hâte que le printemps vienne. Aussi ai-je acheté mes billets électroniques pour un aller-retour Paris-Beauvais Dublin à 65 €. Entre temps, mon âge a attrapé une nouvelle dizaine, occasion pour m'offrir un appareil photo numérique très pratique dans la réalisation de photographies panoramiques. Puis Avril est enfin arrivé, mois pour faire des blagues mais surtout pour réserver une Nissan Micra toute neuve à 357 € toutes taxes, assurance tout risque comprises et pour 10 jours (seulement 272 € avec assurance au tiers). J'en ai profité pour prendre mes billets de train car je ne vis plus a Paris. La capitale m'a passablement gonflé après 10 ans à regarder des stressés vivre comme des gens, à moins que ce ne soit l'inverse ? Donc pour 87 €, j'ai obtenu un aller-retour Lyon-Paris en TGV. Pour finir ce mois d'avril, j'ai vérifié mon kit vestimentaire pour l'Irlande et je l'ai renouvelé : vestes de pluie doublée en polaire, chaussures de marche, pantalon de marche, bermuda, tee-shirt de sport... STOP ! La note est salée 375 € mais je me suis fait plaisir (veste Lafuma Gore tex, chaussures de randonnée Salomon, pantalon de marche, bermuda et Tee shirts à sêchage rapide). Tout ceci me servira pour mes prochains voyages... en Irlande ou ailleurs.

Mon récit ne vous a pas laissé indifférent, vous désirez en savoir plus ou vous avez des remarques,
email envoyez-moi vos questions, suggestions ou réactions.

CategoryIrlande



CategoryIrlande
Some rights reserved
Except where otherwise noted, content on this site is licensed
under a Creative Commons Attribution - Noncommercial - No Derivative Works 3.0 License.